Pressroom

Laure de la Raudière proposée pour diriger l’Arcep (Le Monde)

Laure de la Raudière via Dooby~frwiki / Wikimedia / Creative Commons

Emmanuel Macron a désigné la députée de 55 ans, diplômée de Télécom Paris, pour diriger le « gendarme » français des télécoms. Un profil plus politique que celui de ses prédécesseurs mais une grande experte du secteur.

Laure de La Raudière pourrait bien devenir la première femme à diriger l’Autorité de régulation des communications électroniques, des postes et de la distribution de la presse (Arcep), le « gendarme » français des télécoms. Alors que le mandat de six ans non renouvelable de Sébastien Soriano a pris fin le 4 janvier, c’est en effet sur sa personne que s’est porté le choix du président de la République pour occuper cette fonction. Il ne lui reste plus désormais qu’à obtenir l’aval des deux Assemblées pour valider ce nouveau virage dans sa carrière.

Si elle devait être nommée à la tête de cette autorité indépendante – chargée principalement de « la régulation des secteurs des communications électroniques et des postes », la députée de 55 ans, élue pour la première fois en 2007 sous les couleurs de l’UMP, serait aussi le profil le plus politique à piloter l’Arcep. Avant elle, les cinq précédents présidents étaient surtout issus de la haute fonction publique, avec un fort bagage technocratique.

[…] Normalienne, Laure de la Raudière est diplômée de Télécom Paris, puis entre en 1990 chez France Télécom (désormais Orange), qu’elle quittera en 2001 pour créer plus tard sa propre entreprise, dans le domaine des nouvelles technologies. À peine entrée en politique, elle se fait remarquer sur ces sujets. Elle qui se plaint de la méconnaissance des élus sur le numérique s’exprime très tôt sur l’importance du big data, de l’intelligence artificielle, les objets connectés… Dès 2009, à l’Assemblée nationale, elle se bat pour la neutralité du Net, un combat qu’elle n’a jamais abandonné depuis.