Pressroom

Emploi des jeunes diplômés des grands écoles, salaires, RSE (L'Étudiant, Monde des GEU)

L’employabilité des nouveaux diplômés des grandes écoles est de retour à son plus haut niveau. C’est ce qu’observe la trentième Enquête Insertion de la Conférence des Grandes Écoles (CGE), publiée le 15 juin 2022.

« Dans ce contexte très favorable aux jeunes diplômés, les indicateurs d’insertion sont très bons et le décrochement de l’an dernier est déjà complètement gommé. Si ce rebond est commun à tous les types d’écoles membres de la CGE, il est d’autant plus significatif pour les diplômés des écoles d’ingénieurs où il affiche + 11.7% », note Nicolas Glady, président de la commission aval de la CGE et directeur de Télécom Paris.

« Les très bons chiffres de l’enquête insertion 2022 de la CGE démontrent la force des diplômes de nos écoles, tant en termes d’accès à l’emploi que de qualité d’emploi et de niveau de salaires » – Nicolas Glady

Salaires au beau fixe

« Nous avons rattrapé la tendance de croissance des salaires que nous observions depuis une dizaine d’années. Nos écoles ont très vite effacé le creux de l’année dernière, et même plus vite que lors des précédentes crises » précise-t-il.

Une nuance cependant, cette hausse des salaires « intervient dans un contexte de relance économique très favorable à l’emploi des cadres, les jeunes diplômés en particulier et dans un contexte inflationniste », tempère Nicolas Glady,

Le nouvel horizon de la responsabilité sociétale des entreprises

Convaincu que « la question de la formation à la transition écologique et plus largement à la RSE, est la question la plus importante du XXIe siècle car nos écoles ont vocation à former celles et ceux qui dirigeront l’économie, la science et la technologie de demain », Nicolas Glady a souhaité introduire un item consacré à ce sujet dans cette enquête consacrée à l’emploi des jeunes diplômés en 2022.

En effet, « Ce serait une tartufferie de ne pas faire référence aux sorties de certains de nos diplômés dans des cérémonies de diplomation comme AgroParisTech ou HEC Paris », convient Nicolas Glady…

« RSE, transition écologique écologique…Toutes nos écoles ont conscience qu’il s’agit d’un enjeu majeur. Beaucoup mettent en place des formations de façon significative aussi vite que possible », poursuit Nicolas Glady qui cite les 82 heures de formation consacrées à la RSE dans son école Télécom Paris.

« […] Certes toutes nos écoles font des efforts en la matière, mais la marche est haute et il reste beaucoup à faire. Et pourtant, 63,3 % des diplômés recrutés sur des postes liés à l’environnement déclarent avoir acquis les compétences en matière de transformations environnementales utiles pour occuper leur emploi », conclut-il.

Sources

Image d’entête source Rawpixel/Freepik