Newsroom

Les femmes de plus en plus contributrices au logiciel libre

Une étude révèle que ces douze dernières années, la proportion des femmes dans la production de logiciels libres a augmenté régulièrement dans le monde entier pour atteindre environ 10% de contributrices actives sur la planète.
Communiqué de presse. À l’occasion de la prestigieuse conférence mondiale du génie logiciel ICSE 2022 (44th International Conference on Software Engineering) qui se déroule à Pittsburgh aux États-Unis du 22 au 27 mai, Stefano Zacchiroli, enseignant-chercheur à Télécom Paris (1ère grande école d’ingénieurs sur le numérique), publie deux études sur la diversité, notamment de genre, dans les contributions au logiciel libre.

Dans l’esprit de « bien commun » qui commence à gagner de nombreuses sphères de la société, les logiciels libres se développent à un rythme exponentiel dans le monde : le nombre de contributeurs s’élève à plusieurs dizaines de millions de personnes dans le monde et la production de code double tous les deux-trois ans. Selon le chercheur de Télécom Paris qui a réalisé plusieurs études en la matière en collaboration avec Davide Rossi de l’Université de Bologne en Italie, ces contributions aux logiciels libres évoluent vers une plus grande diversité et notamment une féminisation des profils.

L’étude à très grand échelle (160 millions des projets open source étudiés sur une période de cinquante ans) vient compléter une autre de même ampleur, publiée à la conférence associée MSR 2022 (Mining Software Repositories), portant sur la provenance géographique des contributions qui montre que la diversité géographique s’est accrue avec le temps, rééquilibrant les contributions en faveur de l’Europe (et dans une moindre mesure, de l’Asie) après des décennies de domination américaine. Elle révèle que si cette diversité géographique et culturelle dans le logiciel libre est en train de progresser, celle de genre progresse dans des proportions bien moindres.

Sur les douze dernières années observées, jusqu’en 2019, la proportion des femmes dans la production de logiciels libres a augmenté régulièrement dans le monde entier pour atteindre environ 10% de contributrices actives sur la planète, avec une croissance assez homogène sur le globe, hormis en Asie où elle est plus lente.

Malgré cette hausse, la très grande majorité (86,5%) des contributeurs sont des hommes (10,4 M pour seulement 1,6 M de femmes). Le déséquilibre est encore plus manifeste s’agissant des contributions (« commits ») : 91,9% des commits (pour un total de 10,4 M de commits) ont été masculines, pour 8,1% (1,6 M de commits) féminines.

La crise du Covid-19 semble avoir eu un impact négatif sur les contributions des femmes à la production de logiciels libres, qui est en décrue : le ratio de femmes contributrices effectives a diminué de façon significative en 2020 par rapport à 2019, inversant la tendance d’augmentation de diversité de genre qui durait depuis douze ans.

Pour Stefano Zacchiroli, « Le logiciel libre est partout, dans tous les dispositifs numériques que nous utilisons quotidiennement. Afin de minimiser les risques de discrimination des usagers, il devrait donc être produit par un public de développeurs qui représentent la diversité existante dans le monde ; or, historiquement, il a été produit par des hommes, blancs, souvent américains. Nous sommes peut-être en train d’observer les premiers effets positifs de la sensibilisation des communautés du logiciel libre à l’importance de la diversité et des actions positives menées pour l’augmenter dans les derniers dix à quinze ans. Malheureusement, les résultats ne sont pas encore à la hauteur du défi. »

Plus d’informations

À propos de Télécom Paris
Télécom Paris, école de l’IMT (Institut Mines-Télécom) et membre fondateur de l’Institut Polytechnique de Paris, est une grande école du top 5 des écoles d’ingénieurs généralistes françaises. Institution à « taille humaine » mais à forte composante internationale, Télécom Paris est reconnue pour sa proximité avec les entreprises. Cette école publique garantit une excellente employabilité dans tous les secteurs et apparaît comme la 1ère grande école d’ingénieurs sur toute la verticale du numérique (des couches matérielles jusqu’aux usages).
Avec des enseignements d’excellence et une pédagogie innovante, Télécom Paris est au cœur d’un écosystème d’innovation unique, fondé sur l’interaction et l’importance du mode projet dans sa formation d’une part, et de l’autre part sur sa recherche interdisciplinaire. Ses enseignants-chercheurs sont affiliés à deux laboratoires de recherche : d’une part, le laboratoire LTCI qui est présenté par le HCERES comme une unité phare dans le domaine des sciences du numérique avec un rayonnement remarquable à l’international ; d’autre part, le laboratoire i3, Institut interdisciplinaire de l’Innovation (UMR 9217 du CNRS), qui poursuit un programme de recherche multidisciplinaire centré sur l’innovation dans le cadre d’une collaboration avec l’École polytechnique et Mines ParisTech.
Basée à Palaiseau, au cœur du campus de l’Institut Polytechnique aux côtés de l’École polytechnique, de l’ENSTA, de Télécom Sud Paris et de l’ENSAE, Télécom Paris est également dotée d’un incubateur situé à Paris au cœur de l’écosystème français des start-up.
Télécom Paris se positionne comme le laboratoire à ciel ouvert de tous les grands défis technologiques et sociétaux : intelligence artificielle, informatique quantique, IoT, cybersécurité, grands équipements numériques (Cloud), 5G/6G, Green IT.

Contact presse

Isabelle Mauriac
+33 6 27 70 71 60

Image d’entête source Rawpixel/Freepik