Newsroom

Isabelle Bloch, Professeure à Télécom Paris, distinguée EurAI Fellow

Isabelle Bloch, Professeure à Télécom Paris, Institut Polytechnique de Paris, vient d’être promue au rang de Fellow par l’association européenne pour l’intelligence artificielle (EurAI). Cette nomination récompense ses travaux de recherche dans le domaine de l’IA.

Isabelle Bloch est enseignante-chercheuse au sein de l’équipe IMAGES du LTCI de Télécom Paris, Institut Polytechnique de Paris. Ses travaux actuels portent sur l’IA hybride qui combine différents domaines de l’IA, dont l’IA symbolique et l’apprentissage statistique, avec des applications en interprétation d’images.

Isabelle Bloch a commencé par travailler sur le raisonnement sous incertitude, dans le cadre de la théorie des ensembles flous, qui permet une représentation mathématique de l’imprécision, en particulier en exploitant ses bases algébriques. Elle s’est ensuite intéressée au développement d’outils théoriques pour la représentation de connaissances et des informations spatiales liées à l’image, puis à la conception de processus de raisonnement pour combiner ces modèles et interpréter l’image.

Elle a ensuite exploré différents types de logiques, pour le raisonnement spatial notamment mais aussi pour la révision ou la fusion de connaissances, ainsi que pour le raisonnement par abduction, qui cherche des explications à des observations. Les approches développées reposent sur des opérateurs de morphologie mathématique (surtout dans son formalisme algébrique), une théorie beaucoup développée dans le domaine de l’image. Ces travaux sont plutôt théoriques.

Depuis plusieurs années, grâce à des collaborations académiques et industrielles, Isabelle Bloch s’est rapprochée de l’apprentissage statistique et des réseaux de neurones, des sujets issus d’une autre branche des mathématiques et de l’intelligence artificielle. Son objectif est à présent d’associer ces méthodes avec les méthodes symboliques comme la représentation des connaissances. Isabelle Bloch met en œuvre ses travaux principalement pour l’interprétation d’images médicales, ils peuvent cependant s’appliquer dans bien d’autres domaines.

Une association pour promouvoir l’IA en Europe

L’Association européenne pour l’intelligence artificielle (EurIA) a été créé en 1982 pour représenter l’ensemble des communautés européennes du domaine. Elle a pour vocation de promouvoir l’étude, la recherche et la mise en application de l’IA en Europe. L’EurIA distingue chaque année quelques-uns de ses membres au rang d’EurIA Fellow pour leurs contributions significatives et soutenues dans le domaine à l’échelle européenne.

En France, c’est l’AFIA (Association Française pour l’Intelligence Artificielle) qui est membre de l’EurIA. A l’occasion de sa nomination, Isabelle Bloch présentera une conférence lors de la prochaine assemblée générale de l’AFIA, le 7 octobre prochain : « Représentation des connaissances et interprétation d’images guidées par des modèles : apport de l’IA hybride ».

L’interprétation d’images bénéficie de la modélisation des connaissances tant sur la scène observée que sur les objets qu’elle contient et sur leurs relations. Isabelle Bloch montrera dans ce contexte l’apport de l’IA hybride, combinant différents types de formalismes et de méthodes. Ainsi, des relations spatiales peuvent être modélisées en combinant ensembles flous et morphologie mathématique avant d’être introduites dans des modèles structurels tels que des graphes, des ontologies, des bases de connaissances logiques, ou encore des réseaux de neurones. L’interprétation d’images est alors exprimée comme un problème de raisonnement spatial.