Newsroom

Mastère Spécialisé Smart Mobility : une expertise au croisement des transports et des technologies

Parmi les sessions de conférences se tenant lors du rendez-vous annuel des technologies VivaTech qui vient de fermer ses portes, une des tables-rondes de la thématique Smart City & Mobility s’interrogeait sur l’état du déploiement de services autour du véhicule à conduite autonome, tandis qu’une autre proposait de réconcilier les nouvelles mobilités et les objectifs de soutenabilité avec le cas du ferroviaire.

Il était rappelé que d’ici 2030, selon des études, près de 95 % des nouveaux véhicules vendus seront des véhicules connectés, pour 50 % aujourd’hui, tandis que la mobilité servicielle (le fameux MaaS, Mobility as a Service) verra la taille de son marché décupler dans le même temps.

Par Aymeric Poulain Maubant

C’est en partant de la convergence transports/technologies que l’École des Ponts ParisTech et Télécom Paris ont créé le Mastère Spécialisé® Smart Mobility.

En circulant dans les allées du salon, on pouvait croiser des casques de moto intégrant en réalité augmentée des informations de géolocalisation, des taxis volants urbains 100% électriques, des véhicules autonomes électriques assistant les postiers pour la livraison de colis et de produits alimentaires, ou encore des bus autonomes plus sûrs, ayant éliminé les angles morts et destinés à emprunter des voies classiques. Les conférences et les exposants démontraient que la mobilité intelligente ne concerne pas que les personnes, mais également les biens, qu’elle ne se déploie pas seulement en ville mais également en zone rurale et sur les liaisons longue distance, ainsi qu’elle met en jeu, lors d’un trajet, plusieurs modalités et autant, voire plus, d’acteurs économiques. Le salon montrait également que la présence de véhicules à conduite autonome – et donc connectés – va devenir de plus en plus banale.

La mobilité intelligente est à la convergence de deux mondes professionnels : celui des transports, qui depuis plusieurs années est profondément transformé par le numérique, et celui des technologies de l’information, qui a trouvé dans le transport un domaine d’applications et une source de défis. C’est en partant de ce constat, et parce que la demande des recruteurs pour cette double expertise ne fait qu’augmenter, que l’École des Ponts ParisTech et Télécom Paris ont créé il y a quelques années  le Mastère Spécialisé® Smart Mobility. Dans ce secteur en transformation, le dialogue continu entre le monde académique et le point de vue métier est un atout majeur. Confrontés tout au long de la formation à de réels cas industriels, les élèves disposent des outils méthodologiques et des connaissance techniques pointues pour être aussitôt opérationnels.

Le Mastère Spécialisé® bénéficie du reste des travaux de deux chaires de recherche : la chaire Île-de-France Mobilités entre l’Autorité Organisatrice de la Mobilité en Région Île-de-France et l’École des Ponts ParisTech, ainsi que la chaire Connected Cars and Cyber Security à Télécom Paris. Les activités de ces chaires illustrent bien les composantes de la mobilité intelligente ; elles se retrouvent aussi dans les blocs d’enseignement.

Planifier et rendre efficace un système de transport

La chaire Île-de-France Mobilités a ainsi contribué fortement, depuis ses débuts en 2010 et à un niveau international, à étudier et modéliser le fonctionnement technique et économique des systèmes de transport collectif urbain, notamment l’interaction entre l’offre de transport (les services) et la demande de mobilité (les besoins). Il s’agit là d’un système socio-technique complexe et circulaire. Du point de vue social, les voyageurs utilisent des services et en tirent des avantages. Du point de vue technique, les flux de voyageurs (des agrégations de déplacements individuels) et les trajets des véhicules déterminent les conditions de trafic, notamment les cas de congestion. Du point de vue économique, la bonne planification des services permet de gérer efficacement les flux.

La modélisation du trafic pour l’aide à la décision et la planification des réseaux ne fait pas tout. Comprendre les évolutions modernes de l’architecture urbaine – en tant qu’espace contraint – et les usages nouveaux, diversifiés et temporaires de l’espace public, font également partie des connaissances développées et partagées dans le Mastère Spécialisé®. Leur combinaison permet d’inventer des solutions efficaces et acceptables pour la logistique du dernier kilomètre, pour éviter aux villes d’être bloquées par les livreurs. À cet égard, les projets à l’étude pour relier le marché d’intérêt général de Marseille à la ville par une flotte de véhicules électriques ou hydrogène, ville qui a pour objectif de devenir zone à faible émission en 2025, sont typiques des grands chantiers de la mobilité intelligente.

Des véhicules devenus une véritable plateforme informationnelle

Dans un monde globalement de plus en plus numérisé, les infrastructures routières s’adaptent à l’arrivée des véhicules électriques, éventuellement à conduite autonome. Les flux de données à l’intérieur et vers l’extérieur des véhicules – entre eux, avec l’infrastructure, ou avec des personnes– se sont complexifiés. Devenus plateforme informationnelle, ils soulèvent des questions juridiques et éthiques qui n’avaient pas cours auparavant, comme l’identification des personnes transportées ou la circulation des données personnelles entre parties concernées par l’offre de mobilité.

La chaire Connected Cars and Cyber Security envisage la cybersécurité comme s’appliquant à un écosystème global. Les attaques peuvent venir de l’extérieur comme de l’intérieur du véhicule. Certaines de ces attaques peuvent mettre en péril toute l’infrastructure, comme celles de type Sybil, effectuées par des véhicules qui envoient des messages au nom d’autres véhicules n’ayant pourtant aucune existence réelle sur la route empruntée.

Un des axes de la chaire, mené de conserve avec la chaire IMT Valeurs et Politiques des Informations Personnelles, s’intéresse pour sa part aux questions liées à la confiance et aux données personnelles. Dans un rapport de recherche publié fin 2021, la chaire a étudié, dans le cas des véhicules connectés, l’obligation pour les juristes de mener une analyse d’impact en amont d’un traitement de données. À partir d’un cas pratique d’infodivertissement, mettant en jeu des données personnelles et notamment biométriques, le rapport a longuement examiné les textes juridiques concernés et les différentes méthodologies à disposition du responsable de traitement.

Devenir architecte des services de mobilité

Experts à la fois du transport et du numérique, les spécialistes de la mobilité intelligente sont formés à des questions aussi variées que la gouvernance des écosystèmes de transport, à leur environnement juridique, à la gestion des données de transport (y compris le machine learning et les questions de souveraineté), à la cybersécurité ou à la mobilité durable. Ils construisent les mobilités de demain pour des entreprises constructrices d’éléments et sous-systèmes de transport, des opérateurs de services ou d’infrastructures, des organismes gestionnaires de mobilité et de planification territoriale et des cabinets d’ingénierie-conseil.

Manager de la transition numérique dans le domaine du transport, Digital Officer dans une entreprise opératrice de services de transport, concepteur et développeur de services au transport, architecte ou planificateur d’un système de transport, leurs métiers participent à une double transformation, dans laquelle l’innovation est un élément-clé : l’ouverture à la concurrence et l’arrivée des nouveaux entrants sur des marchés qui étaient jusque là en monopole, et le développement de réseaux de transport en commun avec l’objectif de favoriser le report modal des moyens de transport carbonés vers le décarboné.

Image d’entête Kaique Rocha/Pexel