Newsroom

Classement des écoles d’ingénieurs 2021, spécialité numérique : Télécom Paris en tête (Le Figaro Étudiant)

Le Figaro classe les grandes écoles d’ingénieurs et Télécom Paris arrive en excellente position ! Reconnue pour la qualité de sa formation, Télécom Paris est classée 1re du classement des grandes écoles d’ingénieurs du numérique et 5e des grandes écoles d’excellence.

Ce classement est le reflet de l’excellence de l’école et confirme notre rang de première école d’ingénieurs de France sur le numérique. Ce résultat est la reconnaissance du modèle spécifique de Télécom Paris qui forme des ingénieurs et des docteurs aux aspects théoriques, technologiques, et sociologiques du numérique selon une approche trans-disciplinaire unique. Notre école intègre en effet toute la verticale du numérique, des couches physiques aux usages en passant par l’algorithmique et la théorie de l’information, où chaque couche est incarnée par notre recherche de rang mondial, ou notre incubateur, fer de lance de notre innovation, en particulier sur les « deeptechs » numériques.

Institut Polytechnique de Paris, au top du classement

Les écoles membres de l’Institut Polytechnique de Paris sont particulièrement bien situées dans ce classement puisque quatre d’entre elles se placent dans les dix premières du classement général. L’École polytechnique arrive en tête des écoles d’excellence, suivie de Télécom Paris (5e), de l’ENSAE Paris et de l’ENSTA Paris (8e chacune). Parmi les meilleures écoles d’ingénieurs du numérique, Télécom Paris est suivie de l’ENSAE Paris et l’ENSTA Paris, 2e chacune. Un podium du numérique entièrement Institut Polytechnique de Paris ! Ces résultats confirment que l’Institut réunit les meilleurs écoles d’ingénieurs de France sur leurs sujets.

Le classement du Figaro se base sur douze critères dont la réputation à l’international, le lien avec la recherche, le salaire à la sortie ou la qualité de recrutement de ses élèves. Sur ces critères, Télécom Paris se distingue avec des étudiants de très haut niveau, un salaire moyen annuel de sortie de plus de 40 000 euros, plus de 17% d’élèves qui poursuivent en thèse et son entrée dans les classements internationaux tels QS ou THE (Times Higher Education).