Newsroom

GOLIAT : exposition aux ondes, comprendre les risques pour mieux s’en prémunir (I'm Tech)

Avec le déploiement de la 5G, les préoccupations concernant de possibles risques liés aux usages de la téléphonie mobile ont été renforcées. Dans le cadre du projet européen GOLIAT financé à hauteur de 7 M€ par l’Union européenne, Télécom Paris et la chaire C2M participent à la surveillance des niveaux d’exposition aux champs électromagnétiques de certaines populations et à l’identification de potentiels effets sur leur santé.
Le projet a été lancé en juin 2022 pour une durée 4 ans. Entretien avec Joe Wiart, titulaire de la chaire C2M.

Pourquoi, alors que des directives visant à limiter l’exposition aux CEM sont déjà appliquées par les États membres, l’Union européenne a-t-elle lancé l’appel à projets « Santé et exposition aux CEM » ?

Joe Wiart – La 5G utilise de nouvelles fréquences et va engendrer de nouveaux usages. Les champs électromagnétiques (CEM) émis par la 5G, les antennes relais et les équipements doivent être conformes aux directives européennes (directive travailleurs, Radio Equipment Directive) et aux limites recommandées par la commission européenne. Afin de garantir la validité de ces limites de protection, celles-ci sont régulièrement réévaluées. Ainsi en 2020, l’ICNIRP (la commission internationale de protection contre les rayonnement ionisant), a adopté de nouvelles recommandations prenant en compte l’avancée des connaissances.

Avec les évolutions d’usage et de technologie, il est important de bien caractériser les niveaux d’exposition aux champs électromagnétiques radiofréquences (RF), de fournir de nouvelles informations sur les effets potentiels neuropsychologiques et biologiques causaux, et de comprendre la perception et la communication des risques en utilisant une approche paneuropéenne transdisciplinaire.