Pressroom

L’année numérique 2021 (ÉcoRéseau)

David Fayon est le responsable du programme Time To Test à La Poste pour l’innovation ouverte avec des start-up et PME innovantes. Docteur en sciences de gestion de Télécom Paris et de l’université de Paris-Saclay, ses travaux portent sur la transformation numérique du secteur bancaire.

Il nous livre son analyse personnelle des avancées technologiques dans le monde, avec le souffle critique d’un observateur au quotidien.

Cette année 2020 a accéléré la transformation numérique...

sous l’un de ses aspects, le télétravail, soudain imposé et développé avec le confinement subi (du reste, c’est webinaire qui a été élu mot numérique de l’année). Le retour dans les entreprises, une fois la pandémie passée, laissera une part plus importante du temps passé en télétravail, duquel naissent déjà des tâches différentes et complémentaires entre celles accomplies à distance et sur site(s). Une redistribution des cartes s’opérera entre employeur et employé, avec une évolution du management et des changements de modèle économique : des mètres carrés de bureaux économisés, des commerces de proximité près des lieux de travail qui vont devoir s’adapter ou fermer, également un bureau et une ergonomie du poste de travail à domicile à rechercher avec, peut-être, l’aide financière de l’employeur. Pas toujours simple lorsque l’on est à l’étroit dans les grandes villes au mètre carré cher, quand le réseau passe mal à « la campagne ». Le tsunami covid va entraîner un bouleversement des choix d’habitation, de la politique des infrastructures dans le cadre d’une fracture numérique subie à 4 étages : infrastructure (avec la couverture réseau où le grand écart pourrait s’opérer entre l’absence de Wi-Fi et la 5G), équipement (PC, smartphone, logiciels), usages, formation.