Newsroom

Une épicerie solidaire contre l'isolement des étudiant·e·s et pour aider les plus précaires

Sarah Bensalem, responsable de la vie de campus de Télécom Paris, nous fait part d’une très belle idée devenue réalité : une épicerie solidaire qui vient d’être lancée pour nos étudiants.

Album photos

En quoi consiste ce concept d’épicerie solidaire ?

L’épicerie est née d’une volonté de rompre l’isolement des étudiants et d’aider les plus précaires durant la crise sanitaire. Pour un coût de 5 euros (bien inférieur au prix réel), les étudiants peuvent bénéficier d’un panier de courses de produits secs et d’hygiène essentiels, comme dans une véritable épicerie. C’est aussi l’occasion de passer sur le campus (donc de sortir de chez soi) pour voir d’autres étudiants/camarades, de prendre un café et discuter au foyer.
Les étudiants s’inscrivent via un lien, effectuent le paiement, et on leur propose un créneau de passage à l’épicerie (aménagée dans la salle d’expression corporelle temporairement) pour permettre de respecter les gestes barrières. Les permanences ont lieu les mardis et jeudis entre 11h45 et 13h45.

Pour qui ?

En premier lieu, les étudiants boursiers et internationaux sont concernés par cette opération. Mais tous les étudiants de Télécom Paris peuvent en bénéficier, sans distinction particulière. On insiste quand même sur le fait que l’épicerie est à destination des étudiants dans le besoin/précaires, mais tous peuvent accéder au foyer pour juste y passer et prendre un café.

Quels produits propose-t-elle concrètement et jusqu’à quand ?

Principalement des produits secs (pas de frais, car la réglementation est très spécifique), à savoir : féculents (pâtes, riz, semoule, purée), conserves (raviolis, haricots rouges, thon/sardines, petits pois, haricots verts, lentilles…), de quoi petit déjeuner (thé, café, compotes, pain de mie, lait, jus de fruits…) et quelques condiments (sel, poivre, huile d’olive…).
L’épicerie propose aussi des produits d’hygiène de base (gel douche, shampooing, dentifrice, papier toilette, mouchoirs…) et des protections hygiéniques féminines.

Qui est impliqué à l’École ?

Absolument tout le monde ! Autant les étudiants, avec le BDE, que le personnel (enseignants et administratifs) ont pris part au projet, de la création de la liste de produits, en passant par la mise à disposition de locaux et les permanences d’ouverture de l’épicerie. Nous pouvons compter également sur le soutien de la Maisel (Maison des Élèves) qui nous a permis de lancer le projet aussi vite.

Quelles perspectives de développement ?

Plus que le côté social, nous aimerions donner une vraie dimension solidaire au projet : faire appel à des producteurs locaux, privilégier le circuit court et limiter le gaspillage alimentaire.

Pour l’instant, l’épicerie peut fournir jusqu’à 100 paniers de courses. À terme, il est évident que nous souhaiterions augmenter le nombre de bénéficiaires et la variété de produits proposés (l’offre de supermarché sur et autour du plateau de Saclay étant très limitée). Nous sommes actuellement en discussions avec les autres écoles d’IP Paris (Télécom SudParis, Ensae…) pour mutualiser cette offre et la généraliser sur tout le plateau !