Newsroom

La Fondation groupe RATP et la Fondation Mines-Télécom renouvellent leur partenariat pour soutenir nos étudiants

Nicolas, étudiant à Télécom Paris – photo source Fondation Mines-Télécom/Fondation RATP

Pour apporter leur soutien aux étudiants, particulièrement fragilisés par la crise actuelle, la Fondation groupe RATP et la Fondation Mines-Télécom ont renouvelé leur partenariat afin d’offrir 6 bourses Trajets d’Avenir par an à des élèves-ingénieurs des écoles Télécom Paris et Télécom SudParis.

48 étudiants accompagnés depuis 2012

Dans le cadre du dispositif Trajets d’Avenir de la Fondation du groupe RATP et du partenariat renouvelé, 6 étudiants des écoles d’ingénieurs Télécom Paris et Télécom SudParis bénéficient cette année du financement de leurs études grâce à une bourse. En plus, ces derniers seront accompagnés par des mentors, salariés volontaires du groupe RATP, qui ont à cœur de partager leurs valeurs et de transmettre leur expérience. En partenariat avec la Fondation Mines-Télécom, la Fondation groupe RATP accorde depuis 2012 des bourses à des étudiants. Les deux fondations ont ainsi pu soutenir 48 étudiants, l’occasion de découvrir les témoignages d’anciens étudiants bénéficiaires du dispositif et aujourd’hui diplômés.

Témoignage de Nicolas, étudiant à Télécom Paris

Nicolas, trajets d'avenir fondation RATP

Nicolas tente le concours d’entrée à Télécom Paris via la voie d’admission universitaire ouverte à une vingtaine d’élèves tous les ans. Il intègre l’École à 24 ans. Pourquoi Télécom Paris et pas une autre école ?

« Je suis toujours allé là où cela me paraissait le mieux sur le moment. J’ai agi de la même manière pour Télécom Paris. Lorsque j’ai passé les entretiens d’admission, les examinateurs m’avaient bien précisé que c’était très compliqué de travailler en parallèle de ce cursus. Je n’avais aucun revenu, travailler n’était pas une option. Je me rendais bien compte que ça allait être difficile mais j’ai encore une fois suivi mon instinct. »

« Grâce à ce soutien de la Fondation Groupe RATP et de la Fondation Mines-Télécom, j’ai pu me concentrer à fonds sur mon parcours. Pour la première fois depuis mes 18 ans, je n’étais pas obligé d’accumuler les jobs étudiants en parallèle de mes études. Le mentorat représentait aussi pour moi l’opportunité d’être soutenu par un professionnel, de bénéficier de ses conseils. Après avoir traversé de nombreuses difficultés, ces trois années ont été un réel soulagement. En première année à Télécom Paris, les cours en IA, en data science m’ont passionné, j’ai su assez rapidement que c’était vers cela que je voulais aller. Même si les choix de spécialisation étaient nombreux. J’ai toujours été passionné de programmation, déjà au lycée, j’étais attiré par l’intelligence artificielle mais à l’époque, on n’en parlait pas autant. Aujourd’hui, je suis machine learning engineer chez Samsung dans l’équipe télévision. L’intelligence artificielle permet le développement de nombreuses applications. Dans mon équipe, on aimerait permettre aux télévisions d’accéder à cette technologie. Les télévisions sont pour l’instant moins performantes que les smartphones par exemple dans ce domaine. Cette technologie est très gourmande en termes de performance, cela demande de grosses ressources : un véritable challenge ! En travaillant au Royaume-Uni, je me rends compte également de la qualité de la formation que j’ai reçue. Selon mon manager, je suis le seul, grâce à ma formation, à pouvoir accéder à tous les niveaux de projet, notamment au niveau technique. Je suis heureux aujourd’hui d’avoir persisté pour trouver ma voie. Et cela a été possible aussi grâce au soutien de la Fondation Groupe RATP et de la Fondation Mines –Télécom, sans aucun doute. »

Sources Fondation Mines-Télécom et Fondation groupe RATP