Newsroom

Recherche en éducation : un domaine prometteur pour nos enseignants

La recherche en éducation, ou quand la recherche fait avancer l’enseignement et vice-versa. Un champ « prometteur et très libre» en France, d’après Olivier Rioul, enseignant-chercheur au sein de l’équipe Communications Numériques au LTCI, et Karim Zayana, inspecteur général de l’enseignement, du sport et de la recherche ainsi que professeur invité à Télécom Paris.

Les deux enseignants ont publié un article intitulé « Imagine R » dans le dernier numéro du Bulletin de l’Union des Professeurs de classes préparatoires Scientifiques (UPS), une revue trimestrielle héritée de l’IGEN (revue de l’inspection générale). Un article d’enseignement mathématique qui s’éloigne des approches classiques.

« Il revisite de manière originale le mystère de toute une catégorie de nombres, les nombres réels, » résume Karim Zayana. « Nous avons adopté une approche très imagée, avec des démonstrations intuitives et beaucoup plus courtes, au contraire des manuels qui se basent sur une approche abstraite. » Cet article est le fruit d’une patiente collaboration entre les deux auteurs qui signent là un premier article pour l’UPS. Les retours chaleureux de la part de professeurs de classes préparatoires et d’université sont autant d’encouragements pour Karim Zayana et Olivier Rioul, qui développent actuellement en commun un autre sujet de recherche pédagogique. Même si ce domaine de recherche reste très minoritaire en France.

De gauche à droite : Karim Zayana et Olivier Rioul

Au grand dam d’Olivier Rioul, sensible à la recherche autant qu’à l’enseignement : « Il y a une dualité intrinsèque à la recherche pédagogique. D’un côté, avec l’enseignement, on cherche à contracter des notions qui ont connu des décennies voire des siècles de développement afin de pouvoir les transmettre. Tandis que dans la recherche, c’est tout l’inverse : on étend, on ajoute des détails, on est dans l’expansion continue. » Les sciences de l’éducation sont pourtant valorisées par le classement de Shanghai, un classement important pour 500 établissements à travers le monde, dans lequel la France brille par son absence. Une place à prendre pour l’école ? Pour Karim Zayana, dont le projet est de développer l’aspect scientifique de l’éducation, Télécom Paris offre en effet « un environnement stimulant pour hybrider la recherche et l’enseignement, chacun s’enrichissant de l’autre ».