Pressroom

Le retour du tâcheronnage (À l'encontre)

Selon une étude de Télécom Paris et du CNRS emmenée par le sociologue Antonio Casilli, ces microtravailleurs seraient plus de 260 000 rien qu’en France.

Sans aucun statut ni aucune protection sociale, ils – ou plutôt elles, car ce sont pour beaucoup des femmes au foyer – effectuent pour le compte de plates-formes comme Foule Factory des microtâches sans valeur ajoutée (reconnaître un feu rouge sur des images, détourer un objet…), rémunérées quelques centimes d’euros versés sur un compte PayPal.