Newsroom

Aménageons le hall de Télécom Paris !

Cette rentrée un peu particulière est aussi un moment clé pour Télécom Paris de prendre encore un peu plus possession de son nouveau bâtiment. À ce titre, la direction de l’École et le département SES lancent une réflexion collective sur un de ses espaces phares : le grand hall d’accueil.

Des instants de réflexion sous différents formats sont proposés pour que toute la communauté de Télécom Paris puisse co-construire un aménagement de cet espace qui lui soit utile, qui lui ressemble et la rassemble. Différents dispositifs, ludiques et simples, permet à tout un chacun d’exprimer sa créativité afin de suggérer des idées originales, de faire connaître ses souhaits pour l’avenir et de partager son regard sur cet espace prometteur et sur l’École en général.
[Photos]

Stéphane Safin, maître de conférences en psychologie ergonomique, nous fait part de l’esprit et des modalités de ce projet.

Pourquoi cette initiative ?

Pour deux raisons principales : d’une part, il apparaît crucial que nous prenions pleinement possession de notre bâtiment, et notamment que nous aménagions et réinjections l’âme de Télécom Paris au sein des espaces intérieurs. Le hall d’entrée, qui est un carcan architectural très prometteur, voire emblématique, mérite en particulier que nous le façonnions à notre image. D’autre part, nous souhaitions que ce soit la communauté – étudiants et personnels, voire visiteurs – qui s’empare de cette question, précisément pour en faire quelque chose qui nous ressemble, qui montre qui nous sommes, et dans lequel on se sent bien. Réfléchir à notre espace d’accueil, c’est réfléchir à notre identité. Cela s’inscrit donc dans la continuité des travaux sur notre raison d’être.
À noter aussi que cette initiative s’inscrit dans des préoccupations de recherches, portant sur les mécanismes de l’implication des citoyens et usagers dans la conception de leurs espaces, et de l’appropriation collective des espaces.

Combien de créations proposées à ce jour ? Combien en visez-vous ?

L’initiative vient de démarrer, et nous n’avons pas encore reçu de contributions. Nous sommes bien conscients qu’il y a un « coût d’entrée » pour l’utilisation des dispositifs. Mais ils ont été conçus pour être très simples à l’usage. Nous enjoignons donc toute la communauté à se lancer, à faire le petit pas qui permet de se projeter dans un futur, en exprimant des envies et des commentaires, en proposant des services et des usages possibles du lieu, et en formulant toutes les bonnes idées qui nous passent par la tête. Nous encourageons aussi tout le monde à ne pas s’auto-censurer : toutes les idées, même les plus saugrenues, seront bonnes à prendre.
Nous n’avons pas de cible pour les contributions. Au terme de l’initiative, les différentes propositions seront analysées, pour fournir le terreau à une réflexion plus globale et intégrée sur le hall qui, une fois encore, fera appel à la participation de la communauté. En effet, nous continuerons le travail sous d’autres formats, notamment grâce à des ateliers de co-conception outillés par différents dispositifs, des plus frugaux aux plus technologiques, pour définir ensemble un projet cohérent pour le hall. Des appels à participations seront prochainement envoyés.

De quelle nature sont ces créations ?

Il existe quatre dispositifs.

  • Les « nuages » autocollants permettent à chacun de proposer des idées, sous forme textuelle et imagée (et dessinée). Il suffit de proposer, et de coller aux murs. Vous verriez bien une fontaine à eau à tel endroit? Faites-le savoir !
  • Le « fronton » de l’École permet aux participants d’imaginer la devise de Télécom Paris, en assemblant des mots (avec des dispositifs aimantés). La communauté peut donc proposer des phrases qui, à terme, pourront avoir une existence propre.
  • Les « fenêtres d’idées » sont des dispositifs permettant de dessiner – et donc de visualiser – des possibilités d’aménagements directement dans leur contexte. Il s’agit de prendre un feutre, de s’installer devant le cadre et de dessiner sur la surface en Plexiglas avec, en fond, l’espace à aménager. Il s’agit en quelque sorte de Réalité Augmentée par du Réel. Deux conseils : fermez un œil pour dessiner; et prenez en photo, c’est sur la photo que se voient le mieux les productions.
  • Enfin, nous proposons aussi des « cartes postales » de Télécom Paris et du bâtiment. Elles sont là pour nous envoyer des messages de rentrée, mais elles ne sont qu’une base pour la suite : chacun est invité à envoyer ses photos de l’École (les photos saugrenues du bâtiment sont les bienvenues), qui pourront être éditées sous format carte postale pour agrandir la collection.
    Il est surtout important que les participants prennent en photo leurs productions, pour les poster sur les réseaux sociaux avec le hashtag #aménageonsleHalldeTélécomParis ou de les envoyer sur l’adresse mail dédiée ; ceci nous permettra de faire une collecte efficace des propositions.

Concrètement, en quoi consistera cet « aménagement » ?

Nous n’avons pas d’idée préconçue sur ce que pourrait être l’aménagement final du hall. Mais nous constatons que cet espace, pourtant le seuil de notre École, est encore jugé comme austère. À terme, il pourrait s’agir de le personnaliser, de l’agrémenter, d’y créer des services, d’en faire un lieu qui soit bien plus qu’un simple espace de circulation. Des aménagements pérennes et temporaires pourront être envisagés, avec toutes les parties prenantes.

Qui à Télécom Paris est impliqué dans cette initiative ?

Aliénor Morvan, doctorante en design au département SES, a conçu les dispositifs. Ceux-ci ont été réfléchis avec Stéphane Safin et Isabelle Garron, Enseignante-Chercheure en Sciences de l’information et de la communication & Sciences de l’art, du même département. Les services communication et la direction de l’École ont aussi été fortement impliqués dans le projet, en particulier Sophie Buron, responsable de la communication et Stéphane Potelle, directeur de cabinet. Pour finir, un groupe pilote a également été sollicité avec notamment une contribution de photos d’Alain Sibille, professeur et directeur de la formation doctorale.