Pressroom

Ingénieurs et innovation vont-ils toujours de pair ? (Les Échos)

Dans le passé, on attendait de ces professionnels qu’ils construisent, ou ajoutent des pierres à l’édifice. Aujourd’hui, il leur est demandé de rendre obsolètes les solutions actuelles pour répondre aux défis de notre économie, selon l’étude « Portrait de l’ingénieur 2030 » menée par Sociovision pour l’Institut Mines-Télécom.

Ne sont-ils pas les mieux placés pour rendre les entreprises moins consommatrices de CO2, pour résoudre nos épineux problèmes de chaîne d’approvisionnement et se confronter aux transitions énergétiques et numériques en cours, eux pour qui la technologie est un levier de changement ? Quelque 40.000 jeunes ingénieurs viennent de rejoindre le monde du travail. « Il en faudrait, selon la fédération Syntec Ingénierie, 10.000 à 20.000 de plus par an pour répondre aux besoins de notre économie », prévient Benoit Thouvenin, directeur de la société de conseil en ingénierie agap2.

Alors que Télécom Paris s’apprête à organiser, le 8 décembre prochain, une journée de l’innovation sur son site de Palaiseau (Essonne), avec notamment une conférence animée par le chercheur Thomas Houy, on remarque que, dans ce milieu, la notion de progrès – depuis son apogée à la Renaissance jusqu’à Steve Jobs en passant par Gustave Eiffel – est tombée en désuétude. Même si étymologiquement cela paraît évident, ingénieurs et innovation vont-ils aujourd’hui toujours de pair ?

[…] Les qualités « de l’ingénieur designer seront de plus en plus attendues de l’ingénieur standard, comme gage de ses capacités à trouver des solutions là où l’expert ne trouve que des contraintes », conclut l’étude Sociovision pour l’Institut Mines-Télécom. […]

Image d’entête source Strandret/Freepik