Pressroom

Et si on mutualisait les infrastructures des opérateurs mobiles ? (01net)

L’idée de partager davantage les infrastructures entre opérateurs fait son chemin. Un rapport européen tente de déterminer l’impact d’une telle pratique.

Le dogme qui veut que chaque opérateur possède sa propre infrastructure fixe et mobile est-il en train de prendre fin ? Une étude du Centre sur la régulation en Europe (CERRE) tente de dégager les bénéfices et les inconvénients de cette pratique dans douze pays où elle a été expérimentée sur le continent.

Une meilleure couverture et qualité de service

« Notre analyse montre que le partage des infrastructures conduit à une couverture plus large et de qualité supérieure. Il permet une concurrence accrue et permet des prix plus bas pour les consommateurs. La mutualisation facilite également l’entrée de nouveaux opérateurs sur le marché », concluent les auteurs, Marc Bourreau, Winston Maxwell (Télécom Paris) et Steffen Hoernig (Nova School of Business and Economics).