Newsroom

Des visières médicales imprimées en 3D grâce au matériel du FabLab

Mickaël Bouhier, ingénieur R&D à Télécom Paris et responsable du FabLab de l’École, imprime des visières médicales en 3D grâce au matériel du FabLab. Il nous fait part de sa belle initiative, qui associe entraide entre voisins, compétences et ressources humaines et technologiques de Télécom Paris pour une grande cause universelle, la lutte contre l’épidémie de Covid-19.

Bravo à Mickaël et aux départements Informatique & Réseaux et Communications & Électronique du LTCI, associés à cette initiative.

Comment l’idée est-elle venue ?

De nombreuses initiatives ont vu le jour depuis le début de la crise pour répondre à la pénurie de matériel. Plusieurs groupes se sont formés sur les réseaux sociaux appelant les fabricants et les Fablabs à se mobiliser pour concevoir du matériel de protection pour les soignants. Dans mon département des Yvelines, c’est le groupe Makers vs Covid 78 qui organise la collecte et la distribution des visières. Comme je suis ces fils d’actualité, j’ai décidé de rejoindre les « makers ».

Qui sont les personnes impliquées à Télécom Paris ?

Mikaël Mazars, étudiant, imprime aussi des visières en 3D avec l’aide de Renault dans le cadre des Visières de l’espoir.
[Toutes nos initiatives contre le Covid-19]

Plusieurs étudiants et collègues ont manifesté leur intérêt pour ces initiatives.
L’ouverture du Fablab de l’École et une présence prolongée sur le site n’étaient bien sûr pas possibles mais Télécom Paris m’a soutenu pour le rapatriement des quatre imprimantes du Fablab à mon domicile. C’est ainsi en famille que nous avons pu lancer, superviser les impressions et assembler les visières.

Concrètement, comment se passe la production ?

En attendant de pouvoir accéder au matériel de l’École, nous avons débuté avec mon imprimante personnelle, installée dans le studio prêté par nos voisins pour l’occasion. Une visière se compose d’un serre-tête imprimé en 3D et d’une feuille PVC transparente A4. Les matières premières ont été offertes par l’École ainsi que par le groupe Makers vs Covid 78. L’impression d’une visière prend entre 30 et 45 minutes en fonction des modèles. Imprimables par lot de deux quand toutes les imprimantes sont en phase, nous intervenons toutes les heures pour « récolter » et lancer de nouvelles impressions.

Combien de visières par jour ? Ce nombre est-il amené à évoluer ?

Au départ, avec une seule machine, nous imprimions quelques exemplaires par jour. À la récupération des quatre machines de l’École, la cadence a beaucoup augmenté. En un peu moins de deux semaines, nous avons ainsi pu livrer 300 visières.

Cette production locale par les fabricants et Fablabs visait à combler dans l’urgence le manque de matériel de protection. Les demandes commencent à diminuer avec l’arrivée massive des productions des industriels.

Pour quels destinataires ?

Il s’agit surtout d’hôpitaux, d’Ehpad, des pompiers et du Samu ainsi que des professionnels de santé. Maintenant, ce sont aussi des commerçants et écoles qui se préparent pour le déconfinement. Le réseau est centralisé au niveau du département et chaque producteur actualise régulièrement un tableau de suivi de sa production. Par la suite, une personne du département, ici un adjoint au maire de Voisins-le-Bretonneux, vient collecter les visières et les distribuer aux établissements demandeurs.

Photos de Mickaël Bouhier