Antonio Casilli

Professeur de sociologie — spécialiste de digital labor, vie privée et libertés publiques

Repères biographiquesShort Biography

Antonio A. Casilli est professeur de sociologie à Télécom Paris, grande école composante de l’Institut Polytechnique de Paris et un chercheur de l’Institut Interdisciplinaire de l’Innovation (i3), unité mixte de recherche du CNRS.

Il est par ailleurs membre associé du LACI-IIAC (Laboratoire d’Anthropologie Critique Interdisciplinaire, anciennement Centre Edgar Morin), de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS, Paris), où il anime depuis 2007 le séminaire Étudier les cultures du numérique. Depuis 2018, il est faculty fellow au Nexa Center for Internet and Society de l’Université Polytechnique de Turin.

Ses recherches portent principalement sur les usages numériques, le travail et les libertés publiques. Il a mené plusieurs terrains d’enquête internationaux (notamment aux États-Unis, en Chine et au Brésil, Corée du Sud, Bolivie et Cuba). Depuis 2009, il coordonne des projets de recherche sur les réseaux sociaux en ligne, le travail, la santé et la vie privée. Il s’occupe aussi de méthodologies avancées de la recherche en sciences sociales, notamment de simulations multi-agents.

 


Activités : enseignement, recherche, projetsActivities : Teaching, Research, Projects

Thèmes de recherche

En plus de plusieurs publications scientifiques en français, anglais et italien, il est et l’auteur de En attendant les robots (Paris: Seuil,  2019; trad. it. Schiavi del clic, Feltrinelli, 2020), une enquête sur le travail du clic faiblement rémunéré nécessaire pour entraîner les intelligences artificielles. Parmi ses ouvrages précédents : Trabajo, conocimiento y vigilancia ([Travail, connaissance et surveillance], La Paz: Editorial del Estado, 2018), une collection of 5 essais sur la technologie et la société ; Le phénomène “pro-ana” (Paris: Presses des Mines, 2016; avec P. Tubaro), une étude sur la e-Santé, la censure d’internet et la parole problématique dans les réseaux sociaux.  Ses ouvrages précédents sont : Qu’est-ce que le digital labor? (INA Editions, Paris, 2015, avec D. Cardon), un essai/controverse sur comment les plates-formes numériques changent notre manière de travailler; Against the Hypothesis of the End of Privacy (Springer, New York, 2014, avec P. Tubaro et Y. Sarabi), pamphlet socio-computationnel sur la négociation de la vie privée en ligne ; Les liaisons numériques (Editions du Seuil, Paris, 2010), une étude sur la façon dont le Web reconfigure les formes de la sociabilité contemporaine ; Stop Mobbing (DeriveApprodi, Rome, 2000; reprint 2001), une analyse de la violence communicationnelle dans le capitalisme cognitif ; La Fabbrica Libertina (Manifesto Libri, Rome, 1997; 2e édition 2000), “une lecture cyborg-marxiste des liens entre industrialisme et sadisme”.

Médias

Pendant longtemps chroniqueur régulier sur France Culture, il (s’)agite (dans) les médias traditionnels (Le Monde, Libération, Il Corriere, Repubblica, France Télévisions, Arte, BBC, Wired) et pure-player (Rue89, Huffington Post, Quarz). Il tweete de manière soutenue sous le compte @AntonioCasilli.


PublicationsPublications
Interrogation du serveur HAL en cours...Waiting for HAL server...

Dernières actualitésRecent News